Sélectionner une page

Cent ans de solidarité

Créé en 1911, le Foyer forestois est un centenaire plein d’énergie. Ce vieux projet de construire du logement accessible aux plus démunis est plus que jamais d’actualité. Bruxelles est une ville attrayante dont la population est en croissance importante.

Les Bruxellois sont en moyenne de plus en plus pauvres et les inégalités y frappent plus durement qu’ailleurs. Construire et faire vivre du logement public est le premier instrument politique pour répondre au besoin fondamental d’avoir un toit.

Le logement social est donc avant tout une affaire de solidarité. Cette solidarité, c’est sortir d’une logique du mérite et aller vers une logique du droit, au logement en l’occurrence.
Le logement social, exercice pratique d’écologie politique

Le Foyer forestois, avec ses 900 logements et ses 2.000 habitants a besoin d’une gestion rigoureuse, d’éthique et de sens de l’anticipation, qualités autour desquelles l’écologie politique s’est construite.

Nous travaillons avant tout avec le passé : des logements conçus avec peu de souci d’efficacité énergétique et, parfois, peu de respect de leurs occupants. Je dois consacrer un temps considérable à gérer les conséquences de décisions passées : équipements vétustes, dossiers juridiques vieux de 15 ans, bâtiments dégradés ou contrats passés avec des opérateurs GSM. Par ailleurs, les règles d’attribution claires et objectives ne sont pas en vigueur depuis si longtemps. Je dois donc travailler à changer les mentalités, expliquer que tout le monde perdrait à poursuivre d’anciens comportements plus que douteux.

Présider aux destinées du Foyer relève de la quadrature du cercle. Il faut dégager des moyens pour mieux entretenir les logements, mieux répondre aux plaintes — souvent justifiées – des locataires. Il faut remettre plus vite les logements en état après le départ des occupants précédents et faire progresser au plus vite les gros chantiers en cours. Il faut gérer l’entreprise, rendre son fonctionnement plus efficace et gérer une situation financière difficile.
Les futurs dirigeants et habitants du Foyer vivront avec ce que nous leur lèguerons, il faut donc que ce que nous construisons maintenant soit durable, sûr, agréable à habiter et économe en énergie.

Ensemble, nous avons réalisé tout cela cette année. En 2011, le Foyer a fait énormément progresser la préparation de trois futurs chantiers : la rénovation des “Blocs Jaunes” et deux projets de construction de 12 logements et 59 logements respectivement. Ces derniers mois, notre service technique a été renforcé et a remis sur le marché locatif un nombre impressionnant de logements. Cerise sur le gâteau, pour ses 100 ans, le Conseil d’Administration que je préside et le personnel ont offert au Foyer des finances qui sortent du rouge : un budget proche de l’équilibre pour la première fois depuis longtemps et des perspectives assainies.

Jean-Claude Englebert
Président du Foyer forestois

Share This