Sélectionner une page

Stéphane ROBERTI, Président du CPAS, a convoqué un Conseil en urgence pour demander une intervention du gouvernement régional pour ramener les conditions nécessaires au bon fonctionnement de l’institution.

Cette décision fait suite à la défiance d’une majorité de conseillers lors de son assemblée d’hier soir (le 23 mars 2018) à l’égard de l’Administration.

 

Depuis 18 mois, la ligne hiérarchique est incomplète. Les recrutements stratégiques n’ont pu aboutir parce que toutes les procédures ont été contestées par des conseillers de l’opposition et de la majorité.

 

C’est devenu problématique pour le fonctionnement quotidien de l’Administration: les conditions de travail des agents du CPAS se dégradent et la poursuite des missions de l’institution auprès des personnes les plus fragilisés devient de plus en plus difficile à assurer.

« J’ai bien peur que la mission de vigilance démocratique du Conseil ait été instrumentalisée à des fins politiciennes. La mise en doute de toutes les décisions stratégiques, par voie de presse notamment, et de pratiques diffamatoires s’est généralisée. Je regrette profondément ce climat de défiance politique, parce qu’il impacte négativement sur les conditions de travail des travailleurs dévoués et consciencieux du CPAS et qu’il met à mal le travail social progressiste mené au service des plus fragilisés. Je prends donc la responsabilité de faire intervenir les autorités de tutelle pour ramener la sérénité nécessaire aux missions sociales du CPAS» déclare Stéphane Roberti, président Ecolo depuis 2007.

Stéphane Roberti, Président du CPAS de Forest

Share This